Road Book Tour d’Asie 2008-2009 / part 13 / L’Inde, Varanasi.

06/12/2008 – Pokhara – Népal.

L’Inde se rapproche ! Après 45 jours au Népal, des milliers de sourires et de Namaste. Après la découverte d’une culture si différente de la nôtre. Après des rencontres marquantes comme Monoj de Katmandou qui travaille sans relâche pour obtenir son diplôme. Krishna et sa famille, qui continueront à attendre le coup de fil de sa femme leur annonçant qu’elle rentre enfin à la maison. Cima, ses poux et son papa qui passeront sûrement l’hiver sous leur bâche en attendant de monter le toit manquant à leur nouvelle maison. Kali qui continuera en vain de refuser le mariage que lui propose son frère afin de rester dans les jupons d’Ama et de garder quelques jours de plus son innocence et sa candeur. Sabina, Samjana et Sapina qui continueront à aider leur mère aux champs, privées de leur père qui les a abandonnées. Nôtre vieille folle, qui n’est pas folle, qui continuera quelques petites années à lutter dans ses froides et arides montagnes. Ces porteurs avec qui on a échangé quelques encouragements, quelques mots de sympathie… certains périront sur les sentiers, accablés par le froid, par le poids pendant que d’autres se féliciteront de leurs performances, du succès de leur expédition dans leur magnifique équipement High tech !!! Sandro, Claire, Steeve, Sophie, Nico, Greg, Jérôme, Hilde, Jan, Ida et bien d’autres amoureux du voyage avec qui on a pu échanger des impressions, des interrogations face à cette culture si particulière et se réjouir autour de quelques verres de faire partie des chanceux de la Terre. Nous quittons cette terre, nostalgiques mais les yeux remplis d’étoiles. Nous partons demain pour la frontière indo/népalaise, impatients de découvrir nôtre prochain pays d’accueil !! De découvrir ce qu’il reste du pays des Maharajas, de découvrir ce peuple qui vit à cent à l’heure pour rattraper le temps perdu face à des siècles de colonisation. Ce peuple qui subit tous les jours depuis plus de 60 ans la partition de leurs terres. Que j’aimerais découvrir là-bas des messages d’espoir, d’amour et de paix, m’incitant à croire qu’un jour peut-être la haine laissera la place à la fraternité !!! Que les mots : massacre, attentat, terrorisme, bain de sang, vengeance… disparaissent de nos bouches et de nos dictionnaires. De découvrir ce qu’il reste du message de Gandhi…

Nous quittons le Népal, fiancés mais pas mariés. Après réflexion nous avons annulé le mariage que nous organisions avec Krishna. Ne voulant pas bafouer la culture népalaise par un simple et vulgaire folklore !!! Nous quittons le Népal confortés dans nôtre décision d’avoir pris ce temps, cette année de découverte et d’apprentissage, il y a tant de choses à apprendre chez nos voisins !!!

Carnet de route de notre voyage à Pokhara.

09/12/2008 – Varanasi – Inde.

Ça y est nous y sommes, épuisés, lessivés par ce voyage d’à peine 500km mais qui nous a pris tout de même deux jours !! Le premier tronçon, un jeu d’enfant à bord de nôtre TATA !!! 8h au rythme des nids de poules et des coups de freins chroniques de nôtre chauffeur après avoir cru que ça allait passer !! Arrivés à Sunauli, nous avons eu droit à nôtre petit attroupement de chauffeurs de rickshaws, de rabatteurs d’hôtel, de curieux… J’ai pris un malin plaisir à les balader, à faire jouer la concurrence, à faire durer le suspens… C’était nos dernières négoces avec les Népalais, il fallait bien que j’en profite !! Cette ville frontière n’a vraiment rien d’attrayant si ce n’est le balai incessant de camions customisés et les fanfares de klaxons !!! Tout n’est que poussière et gaz d’échappement !! Un peu triste pour une dernière nuit !!!

Le lendemain, le passage aux service de l’immigration, idem, un jeu d’enfant !! Deux gommettes, deux coups de tampons et emballés c’est pesé comme dirait mon grand-père !!! Nous sommes en Inde. Benh c’est ça l’inde ??? Pas de rabatteurs, pas de gamins qui nous courent après réclamant leur « pen »??? Nous faisons nos premiers pas, clopes au bec en toute tranquillité, le bonheur !!! Le premier indien à qui on a affaire est le chauffeur qui va nous conduire à Gorakhpur. Au premier abord, il m’effraie. Chiqueur de bétel, il a les gencives rouge écarlate, il me fait penser à un vampire près a nous sauter à la gorge !!! Et plus il rigole, plus il m’inquiète !!! Dans ma tête, je le supplie : « Ferme la bouche, ferme la bouche !!! Je vais vomir !! » Nous attendons une grosse demie-heure avant que la jeep se remplisse de chiqueurs de bétel, des vampires partout !! Enfin, bien compressés, bien encastrés à l’intérieur de la jeep, nous pouvons partir. Nôtre chauffeur se prend pour Sami Naceri dans Taxi, c’est un fou !!! Sa main est bloquée sur le klaxon pour annoncer : « Pousse toi, j’arrive » Il slalome entre les chauffeurs de rickshaws, entre les autobus, les camions, les singes, les vaches, les motos, les vélos, rien ne le ralentit !!! A chaque nid de poule, nous décollons, encastrés, nous volons dans un même élan !!! Arrivés à Gorakhpur c’est du monde partout. Ça grouille à droite, à gauche, derrière, devant, au fond… Par chance, la jeep marque son dernier stop juste devant la gare, nous avons de la chouille sur ce coup-là, pas besoin de chercher, de galérer !!! La gare se résume à un vaste entrepôt. Et dans un entrepôt, on entrepose… ici ce sont les gens en transit qu’on entasse !!!! Ça s’entasse partout à même le sol !!! Des gens dorment, d’autres mangent, d’autres urinent. « Guichet information touristes », la bonne femme nous donne les horaires, le plus tôt part à 14h et arrive à 21h30 ce soir à Varanasi. Il est 12h. Nous hésitons un moment… est-il bien prudent de débarquer en pleine nuit dans une ville que l’on ne connait pas ?? Surtout que le lonely planet nous décrit la gare comme un repère de malfrats. Nous débattons un moment… bon ben… c’est parti !!! Nous nous faufilons et arrivons à atteindre le guichet. Nous prenons nôtre place dans une file d’attente au hasard. Arrivés à nôtre tour le mec nous dit d’aller guichet 1. Bon ben… c’est reparti !!! Cette fois-ci, nôtre place est difficile à garder. Nous avons affaire à une meute de femmes bien déterminées a passer devant nos faces de touristes impuissants !!! Une, deux, trois, quatre, cinq… benh c’est la fête !!! Jérôme finit par se faufiler, s’imposer et gueule au guichetier « Varanasi, Varanasi for two persons » Il en ressort avec un petit billet. Il y a bien marqué Varanasi, l’heure n’est pas indiquée. Nous allons revoir la bonne femme, « si si c’est bon ». Cool !!! En attendant l’heure, nous partons manger un morceau dans les gargotes qui font face à la gare. Là, nous vient une lumineuse idée : « Et si on appelait un hôtel et qu’on leur demandait de venir nous chercher ??? » Idée lumineuse !!!! Nous cherchons dans le lonely planet, Yogi lodge, parfait !!! Nous appelons, pas de problème, il faut l’appeler quand on est à la gare. Super !!!

Sur le billet quelque chose nous inquiète, le prix !!! 66 rps (1 euros) pour les deux, pour faire 230 km… bizarre ? Je regarde le lonely, ils indiquaient le triple pour une place en assis dur… Bizarre ???!!! A mon avis on va avoir droit à la bétaillère. Sur le quai nous trouvons trois anglais, idem, même billets, même tarifs !!! Pas le temps de se poser trop de questions, le train entre en gare !!! C’est du placement libre. Ma pensée de la bétaillère n’est pas loin !!! Quand on dit assis dur, c’est assis dur !!! Des banquettes de bois, et rien d’autres, pas de toilettes, rien !!! Il y a même des wagons sans banquettes, juste quelques lanières au plafond pour s’accrocher !!! Nous trouvons deux superbes places, juste à côté de la fenêtre !! Nous nous installons sous le regard insistant des autres passagers. Tous nos faits et gestes sont dépecés, nous sourions, nous saluons. Au bout d’une heure de trajet Jérôme n’en peut déjà plus. Il ne sourit plus, ne salue plus, le regard agacé, il grommèle !!! Il ne te reste plus que 6h30 à attendre. Le train est non fumeur, aux arrêts fréquents personne ne fume !!! Pas un mégot par terre. Les indiens sont-ils tous non fumeurs ????

A 16h, soit après trois heures de trajets, il est à cran, au bord de la crise de nerfs !!! Je lui dit regarde le paysage, mais juste à ce moment-là nous longeons une rivière de lisier, noire, onctueux, un lit d’excréments. Dans le wagon, c’est un véritable balai humain. A chaque arrêt quelques-uns s’en vont et d’autres montent, on s’entasse, on s’encastre, on se colle !!! Il y en a même jusque dans les porte-bagages. Ma place à côté de la fenêtre est vraiment plus qu’appréciable, de l’air !!! A 17h, Jérôme craque, l’appel de la nicotine est insoutenable !!! Je le regarde sortir du wagon, tout le wagon le regarde sortir, il y en a même qui se précipitent derrière lui !!! Sur le quai, alors qu’il aspire sa fumée, on se rapproche jusqu’à un mètre de lui, une dizaine de personnes l’observent sans retenue !!! De ma fenêtre, je me marre !!! Pendant ce temps, un jeune tente de me faire la causette, il ne parle que quelques mots d’anglais. Je ne comprends absolument rien, j’essaie de décoder, je réponds au hasard : « french » « first time in India ». Tout le monde rigole, visiblement mon décodage n’est pas très bon !!! Vexé et surement complexé de ne pas parler anglais, il retourne sur son porte-bagage, se met un linge sur la tête et dort. Jérôme revient, le train repart.

« -Alors elle était bonne ??? Dis-je en rigolant.

-Rigole, rigole. T’es jalouse !!! »

Un jeune secoue le bras de Jérôme.

« -Where are you from ???

-France.

-Autograph ? Autograph ???

-What ??

-Autograph ? »

Oui c’est ça, il veut un autographe !!!! Il sort un morceau de papier, fier de lui !!! Le jeune du porte-bagage se redresse d’un bond et nous regarde écrire sur le papier. Il nous demande de marquer nôtre nom, nôtre prénom et d’où nous venons. Il est ravi !!! Le papier circule, ça jacasse, ça rigole, tout le monde paraît très content !!! Un peu plus loin, c’est à des paparazzis que j’ai affaire, ils me mitraillent avec leur téléphones portables.

Je commence à avoir très envie de fumer, il est 19h30, ça commence à faire long !!! Très long !!! Mais je n’ose pas sortir du wagon, faire face à un « white watching » pour reprendre l’expression de Sylvain Tesson et d’Alexandre Poussin. Sachant qu’on ne peut y aller qu’à tour de rôle pour surveiller les bagages !!!

Jérôme devient insupportable, il a faim !!! Et quand Jérôme a faim, il a faim et ne pense plus qu’à satisfaire son estomac !!!

Nous commençons à penser que le train n’arrivera jamais à 21h30 comme prévu !! Nous demandons, mais personne ne sait, certains nous disent, 21h, d’autres 23h, d’autres avant minuit !!! A quai, je me lance, je n’en peux plus !!! Ils sont une quinzaine à quelques centimètres de moi, je leur souris, ils ne me sourient pas, ils ne font que me dévisager, je tente de faire pareille !!! Mais face à leurs regards noirs et profonds je capitule et baisse les yeux !!! Nerveusement, je rigole de cette situation. Eux ils ne rigolent pas, ils me dévisagent toujours !!! Je sais très bien que ce n’est que de la curiosité, mais c’est pesant, oppressant !!! Je remonte !! C’est la clope la plus dégueux que j’ai pu fumer !!!

Quand nous arrivons à Sarnath, il est 23h. Jérôme n’en peut plus. Je commence à m’impatienter et à m’inquiéter. Dans le Lonely planet, il est écrit que les hôtels déconseillent de sortir après 22h, qu’ils ferment leurs grilles avant 23h. La Yogi lodge doit être fermée !!! Voudront-ils venir nous chercher à une heure aussi tardive ???

Jérôme sait qu’il est fort probable qu’il ne mangera pas ce soir, il commence vraiment à être insupportable !!!

Une heure du mat. Je commence vraiment à flipper, deux mecs avec des fusils sur l’épaule passent sur le quai, des policiers sûrement !! Ils marquent un temps d’arrêt devant la fenêtre et nous dévisage à leur tour. Au lieu de me réconforter de la présence de la police, ça ne fait que m’inquiéter un peu plus !!!

Je perds patience devant les râleries de Jérôme !!! Il broie du noir !!!! Il me dit que demain, il prend le premier avion pour Paris et s’en va fumer. La grosse bonne femme a visiblement compris que j’avais besoin d’être réconfortée !!! Elle me parle en Hindi, me montre ses bijoux. J’ai les yeux humides, j’ai envie de pleurer mais son regard protecteur m’apaise. Elle a réussi son coup !!! Il ne faut pas que je craque !!! Je me reprends avant le retour de Jérôme. Si on craque les deux ensemble, c’est foutu !!! C’est ça un couple me semble t’il ??

Le train repart à 2h30, après trois heures trente à quai et plus de 12h dans la bétaillère. Il reste 10 km, nous pensons que nous allons bientôt arriver mais à tord !!! Pour l’hôtel, c’est foutu !!! Nous n’avons plus qu’à trouver un petit café dans la gare et nous préparer à une nuit blanche !!!! Nouvel arrêt à deux kilomètres de Varanasî !!! Nous en sommes à espérer de passer le plus de temps possible à quai !!! Retarder le moment où nous serrons lâcher dans la gare et attendre l’instant où l’on se fera dépouiller de toutes nos affaires !!!

Les gens ont arrêté de nous fixer, ils connaissent le moindre de nos traits. On nous regarde désormais avec chaleur, on échange quelques petites blagues !!! Même le gros molosse à la tête de brigand finit par nous sourire !!!

Je commence à tomber de sommeil, je m’endors, 2 minutes… me réveille en sursaut, il faut surveiller les bagages !!! Il est 3h30, je fume une clope sur le quai pour me réveiller, je suis sereine, le jour se lève dans un peu plus de deux heures !!! Je commence à quitter mes angoisses sur nôtre arrivée en gare.

Après trois quarts d’heure à quai le train repart !!! Nous arrivons enfin à Varanasi, il est 4 h. Les quais sont bondés de monde !!! Les passagers viennent nous serrer la main pour nous dire au revoir. Nous errons un moment dans la gare, à la recherche de nourriture, rien !! Juste des vendeurs de Chai, le si bon thé sucré au lait et à la cardamone dont je raffole. On sort de la gare, rejette les assauts des chauffeurs de taxis, rickshaws et autres !!!

A 200 m de la gare, une grande avenue toute éclairée, mais rien à bouffer !! Nothing !!! Ben qu’est-ce qu’on fait ??? Il est cinq heure, on va à la Yogi lodge, ils doivent être réveillés ???!!

Nous négocions avec un chauffeur de rickshaw, il veut bien nous emmener à la Yogi, sans détour par d’autres hôtels. Marché conclu. Nous traversons Varanasi, en direction de la vieille ville au bord du Gange et de ses si célèbres ghats. Nous passons au milieu d’un marché de légumes !!! A cette heure-ci ???!!

Le chauffeur s’arrête en plein milieu d’une rue, il faut continuer à pied.

Ça me fait penser, il y a quelques années, à mon arrivée à Marrakech en pleine nuit. Un enchevêtrement de petites ruelles désertées, dégueulasses, glauques !!! Juste quelques chiens errants, quelques rats… de quoi se demander qu’est-ce qu’on fout là !!!! Jérôme grommelle toujours : « Ben c’est ça l’Inde ??? Super, demain je rentre à Paris ».

Arrivés à la Yogi, la grille est fermée. Nous tambourinons, le type nous ouvre. On lui dit qu’on a réservé une chambre, il nous dit que c’est complet, qu’il n’a pas de réservation !!! Que son patron a sûrement reloué la chambre ne nous voyant pas arriver !!!

Le chauffeur nous propose alors ses hôtels où il touchera sa commission. On n’a pas trop le choix non ??? Arrivés devant un gros portail de fer, il tambourine…rien ! Il tambourine un peu plus fort, on entend un grommèlement mais personne ne vient ouvrir. Il gueule, on entend gueuler de l’autre côté. Le chauffeur nous dit qu’il est aux toilettes. Ça commence bien !!! Un type d’une quarantaine d’années finit par nous ouvrir, en pagne, bayant et se frottant les yeux !!!

« Namaste. Do you have a room ????

– Yeeeeeeeeesssssssssssssss.

– Ok good and what’s your price ???

– What… do you wannnnnnt ???

( le chauffeur nous avait dit 250 rps)

– 200 rps ???

– okéééééééééééé. (il baye toujours) »

Il nous montre la chambre. Pas de fenêtres, ça pue le moisi, le renfermé !!! Il nous dit que demain il nous donnera une autre chambre. Ok, ok it’s good !!!

Au moment de remplir le livre de passage, c’est à mourir de rire. Il est vraiment dans le coltard !!!! Il commence par prendre le passeport de Jérôme à l’envers mais il met deux bonnes minutes à comprendre !! Trois bonnes minutes à trouver la bonne page. Il baye, s’étire, laisse sortir quelques grattements de gorge et finit par noter : MR Marcal. Il a fallu qu’il aille chercher son deuxième prénom qui de plus est Marcel et non Marcal, écrit en tout petit après son nom et son prénom écrit en gros. Il passe dix minutes sur la ligne de Jérôme. Et un quart d’heure sur la mienne !!! Un moustique lui tourne autour, il se fout des baignes mais le rate à chaque fois !!! Il est vraiment trop drôle ce gars-là !!! Je l’adore déjà !!!! Je suis en train de signer quand il m’éclate la main sur son cahier !!! Cette fois il l’a eu !!! « Thank you for mosquito !!! » Il est 6h passé quand nous nous couchons !!! Belle entrée en matière, bienvenue en Inde

09/12/2008 – Varanasi – Inde.

A midi, nous sommes levés !!!! Il faut qu’on mange !! Il faut que je montre à Jérôme que le décor d’hier soir a disparu et a laissé place à une symphonie de couleurs !! L’hôtel nous fournit un plan mais nous comprenons bien vite qu’il est inutilisable, celui de nôtre lonely planet aussi !! Comment faire un plan de cet enchevêtrement de petites ruelles ??? Et même si on y arrivait, comment le suivre ??? Nous sommes constamment sollicités, à droite par un rabatteur, à gauche par une petite meute de chiens galeux, devant par la vache à éviter, derrière par le rickshaw qui nous fonce droit dessus en klaxonnant !!! Nous ne contrôlons pas nôtre marche, on se laisse emporter, guider par la cohue, pour déboucher sur une nouvelle ruelle, qui débouchera sur une autre et ainsi de suite. Jusqu’à s’arrêter, sortir la boussole et reprendre nôtre cap, l’est, direction le Gange et ses ghats. Ça pue !!! Mais ça pue !!! L’urine, la merde, la charogne, je ne trouve pas les odeurs d’épices, d’encens, que je m’imaginais trouver, rien de tout ça, c’est juste immonde !!! Ça me colle la gerbe !!! Le sol est inondé de merdes de vaches, de pelures de légumes, de déchets en tout genre mais ce qui nous interpelle le plus ce sont les viscères, les têtes de chèvres, les restes d’animaux qui gisent tous les deux ou trois mètres !!! Et avec la chaleur…je vous laisse imaginer l’odeur ! Nous apprendrons plus tard que c’était un jour de sacrifice.

Nous n’arrivons pas à trouver un restaurant, il y a bien des pancartes peintes sur les murs mais nous ne les trouvons pas !!! Il y a quelques vendeurs ambulants mais là c’est pas possible !!! Quand on voit dans quoi ils cuisinent… Nous sommes vraiment faibles, pris de vertiges, de nausées, c’est difficile. Nous finissons par trouver un petit resto à côté d’un cyber. Le gars me conseille un Chicken butter massala. Pas de problème, donne moi ce que tu veux !!! On veut juste manger !!! Jérôme prend la même chose. La panse pleine, nous filons au cyber, rassurer les mamans qui s’inquiètent à chaque nouveau déplacement !! Fini pour aujourd’hui, on rentre à l’hôtel, on veut dormir !!!

11/12/2008 – Varanasi – Inde.

Après une arrivée difficile, nous avons eu vite fait de se laisser ensorceler par la magie indienne !!!! Nos pas s’enchainent avec automatisme, enjambant naturellement les bouses, les tas d’ordures !!! Les viscères ont disparu, l’odeur de charogne aussi. Nous arrivons à laisser nôtre regard se poser tranquillement sur la beauté d’un sari en soie brodé de fils d’or, sur un étal d’épices, sur un vendeur préparant du chaï, sur les trésors architecturaux qui se dissimulent un peu partout, héritage des colonisateurs, ou folie de quelques maharajas !!! Nous arrivons même à nous délecter de la cuisine de rue qui nous répugnait un jour plus tôt.

Mais comment vous faire voir tout ça ?? Comment vous faire sentir toutes ces odeurs ??? Comment arriver à vous faire saliver ??? C’est juste indescriptible !!!

Quand Lucille est revenue de son voyage en Inde, elle m’a tout longuement décrit. En regardant ses petits yeux émerveillés, j’imaginais beaucoup de chose, mais pas ça !!! J’étais tellement loin de ce qui se passe ici !!!

Et quelle ferveur !!! Ça nous saute à la gueule !!

Chez les hindous, la religion est la priorité dans tous les foyers, peu importe la caste, peu importe la richesse, dans tous les cœurs, on pense karma, samsara et moksha. Tout est régie par des codes, le dharma. Les premières et les dernières heures de la journée sont réservées aux pujas, sortes de prières. Chaque jour est dédié à un dieu mais libre à soi d’idolâtrer l’un ou l’autre en particulier.

Varanasi est la cité de Shiva, l’un des trois dieux les plus importants de l’hindouisme. Bénarès, rebaptisée Varanasi, venant du Varana et de l’Asi qui se rejoignent ici dans le Gange, est donc l’un des lieux les plus sacré de l’Inde. Les pèlerins sont nombreux. On les voit à longueur de journée plonger dans les eaux du Gange pour se laver de leurs péchés, ou pratiquer leurs pujas, en jetant colliers de fleurs et poudres colorées dans le Gange et récitant inlassablement leurs prières. Encore plus nombreux, les personnes âgées, qui souhaitent pousser ici leur dernier soupir. Mourir ici permet d’atteindre le moksha et ainsi mettre un terme au cycle des réincarnations.

Nous ne pouvons qu’être touchés par autant de ferveur !!!

Temple à Varanasi en Inde.

 

12/12/2008 – Varanasi – Inde.

Ce matin, nous nous levons à 5h, pour faire une ballade le long des ghats en bateau. Un épais brouillard nappe le Gange, des dizaines de femmes en saris s’immergent dans les eaux polluées, faisant leurs pujas, jetant les fleurs, les poudres et de la nourriture en offrande à mère Ganga. Les hommes nus se savonnent, tout en buvant cette eau sacrée. Des sâdhus prient, assis en position du lotus. On fait tinter des clochettes, l’encens se mélange au brouillard. Des dizaines de petites bougies flottent à la surface de l’eau. Sitars, tablas, cymbales accompagnent les rituels. L’ambiance est des plus mystique, irréelle. Nous sommes une nouvelle fois frappés par toute cette ferveur, par autant de manifestations. Nous nous prenons même à faire une offrande à mère Ganga. Quand je laisse glisser la bougie sur l’eau je pense à mes proches, je prie pour leur bonheur.

Nous nous rapprochons des ghats de crémations, une dizaines de feux sont en train de libérer les âmes de leurs enveloppes, vers la délivrance du moksha. J’ai envie de dire à nôtre batelier de ne pas trop s’approcher mais je n’y arrive pas. Pour lui, ça fait parti du circuit touristique, mais je n’ai pas trop envie de revoir ça. On se rapproche malgré tout jusqu’à une dizaine de mètres des buchers, la fumée nous enrobe, j’ai des nausées, pourtant ça ne sent pas vraiment mauvais… une odeur de bois brûlé et de grillades… Quand il se décide enfin à partir de cet endroit qui me met si mal à l’aise, nôtre regard se pose sur ce qu’il aurait préféré ne jamais voir !!! Nous passons à deux mètres d’un corps à moitié carbonisé dérivant sur le fleuve… nôtre batelier le regarde à peine, rien de choquant pour lui !!

Il flotte tranquillement, à quelques mètres des baigneurs qui se purifient dans cette eau dégueulasse !!!! Comment peut-on être autant aveuglé ???? Je respecte la religion mais là c’est trop !!! Ça ne les gène absolument pas de se baigner dans du jus de cadavre ??? Ils mettent leur santé en danger et ils croient se purifier ?? De plus, treize bouches d’égouts déversent en continue les excréments de près de deux millions de personnes. Et on les laisse se baigner, boire cette lotion fécale, ce bouillon de culture parce que c’est la tradition ???

Pujas, Varanasi, Inde.

Ballade matinale sur le Gange à Varanasi en Inde.

Un réveil sur le Gange à Varanasi en Inde.

Puja à Varanasi en Inde.

Offrande au Gange à Varanasi.

Le réveil de Varanasi en Inde.

Ballade sur le Gange à Varanasi.

Sur le gange à Varanasi.

 

Nous sommes dépassés !!! Nous n’arrivons plus à penser, nôtre cerveau n’arrive plus à digérer tout ce que nous voyons. Nous sommes épuisés, lessivés, alors que la journée commence à peine !!! Nous rentrons à l’hôtel.

Malgré sa vétusté, malgré sa tenue qui laisse à désirer, malgré les nombreux rats que nous avons pour colocataires, nous nous y sentons extrêmement bien, c’est nôtre havre de paix !!! En Inde, les femmes ne travaillent pas, ou rarement, c’est donc une petite dizaine d’hommes que nous avons à nôtre service. Il y a le boss avec qui on a fait connaissance la nuit de nôtre arrivée, il aurait eu sa place dans le casting de « La cage aux folles ». Il y a Dani, avec qui on a beaucoup d’échanges, qui nous parle sans tabou et avec humour de sa société. Et… les deux cuisiniers !!! Qui sont juste à mourir de rire !!! Quand ils nous font répéter plus de dix fois nôtre commande, pour finir par revenir un quart d’heure après pour nous demander qu’est-ce qu’un « grilled chicken », comment ça se cuisine et quelle quantité de poulet ils doivent mettre. Ou quand ils essaient d’ouvrir un pot de confiture contre un petit muret au risque de le faire éclater… Jérôme leur montre alors, que le couvercle se dévisse, les laissant fascinés devant cette découverte. Ou alors quand il reste à côté de nous après avoir apporté le plat, nous regardant manger jusqu’à la dernière miette pour s’assurer qu’ils sont des cuisiniers hors pair !!

 

Notre cuisinier !

 

Une fois dans nôtre chambre, nous ne sommes pas à l’abris de quelques curiosités, on vient frapper à nôtre porte tantôt pour nous demander d’aider à réparer un robinet, tantôt pour nous demander une bouteille d’eau vide ou des fois juste pour nous demander si tout va bien. Ils sont vraiment trop drôles ces indiens !!! Mais le plus drôle de tous, nous l’avons rencontré sur un des ghats les plus fréquentés par les touristes. Un rabatteur !!! Il nous montre sa carte comme tous les rabatteurs le font. Je passe devant sans regarder mais Jérôme m’arrête : « t’as vu ce qu’il y a marqué ?? » Au stylo bille, au dos de sa carte, en français : « Boutique de merde, qualité de merde, prix de connards ». L’appat a attrapé le poisson, nous rigolons !!! Il nous répète, toujours en français :

« -Tu veux pas v’nir dans ma boutique de merde, j’vend d’la qualité de merde et après j’te fais un prix d’connard ?? Où habitez vous en France ??

– Sud Ouest. Région d’connards !!! »

Il nous aura bien fait rire celui-là , au moins il a réussi a attirer nôtre attention, pas con le gars malgré ses prix d’connard !!!

L’Inde nous a touchés comme nous l’attendions, fascinante, fatigante, épuisante et « chiassante » !!!

13/12/2008 – Varanasi – Inde.

Je ne vais pas vous raconter cette journée qui se résume à mes allers et venues aux chiottes de la guest !!! Je suis épuisée, vidée, blanche, translucide, frissonnante, résonnante !! Et jalouse !!! Jalouse de voir Jérôme qui pète le feu !! Il n’arrête pas de me dire :  « Je boufferais l’Inde aujourd’hui !!! Tu veux pas sortir ???

– De suite !!! » et je file aux toilettes !!! Je lui dis d’aller se balader mais c’est un gentleman… hum… hum… tu parles il se chie dessus de sortir sans sa chérie !!! Si !!! Pour manger quand même !!! Pour ça, rien ne peut l’arrêter !!! Nous fêtons donc nos 4 mois de voyage, dans nôtre chambre miteuse de nôtre Guest joyeuse mais comme la vue est belle !!!

Les toits de Varanasi.

Lire les autres ROAD BOOK Tour d’Asie 2008-2009

À PROPOS : Nous avons eu la chance de réaliser ce fabuleux périple il y a plus de 10 ans. Nous sommes partis mon compagnon et moi durant une année sur les routes asiatiques sans savoir ce que le voyage allait faire de nous. Aujourd’hui, nous savons ! Des Bourgeons sur le Bitume n’aurait certainement pas éclot sans cette intense et déroutante parenthèse. Il était évident pour moi de partager cela avec vous tant cela fait parti de notre ADN.
Je ne fais qu’un copier/coller du blog que j’avais ouvert à cette occasion, sans rien changer même si des fois, je vous l’avoue, je préférerais partager ce périple avec les 10 années de recul que j’ai aujourd’hui mais ce ne serait pas la réalité. Pour le petit scoop, même si nous ne savons pas de quoi la vie est faite, nous prévoyons de remettre le couvert ! Nous sommes partis il y a 10 ans, le jour des 30 ans de Jérôme, nous partirons donc le jour de mes 40 ans ! 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :