Road Book Tour d’Asie 2008-2009 / part 10 / Le Népal, région de Pokara.

2/11/2008 – En route pour Pokhara !!

La soirée d’hier nous a coupé cette folle envie de quitter Katmandou mais nous partons… nostalgiques, mélancoliques, tristes! Monoj nous a accompagnés à l’arrêt de bus, histoire de remuer le couteau dans la plaie !!! Il nous demande de revenir après nôtre séjour à Pokhara, il veut nous présenter à ses parents, à mes parents Népalais. On ne s’engage pas, on sait comment ça se passe en voyage… Nous ne voulons pas le décevoir avec une promesse non tenue !!! Je le prends dans mes bras, une envie de chialer me prend mais en temps que grande sœur je me contiens et me contente de lui glisser à l’oreille « A bientôt mon frère ».

Après une heure de trajet, nous quittons les embouteillages, les coups de klaxons, les gaz d’échappements, la fourmilière, Katmandou.

En file indienne, peu disciplinés, les bus entament leur parcours sur les routes de la mort !!! Routes de montagne, routes de rizières, routes de ravins, route de carcasses de bus dépouillées !! Espérons que nos étoiles aient entendu nos prières… Gloups !!! Une nouvelle fois le paysage défile devant nos yeux, après la Taïga et les steppes, ce sont des paysages subtropicaux qui s’offrent à nous. Acacias, aralias, agératums, banians, bananiers, bougainvilliers, ficus, poinsettias géants, papayers, pipals bordent la route, c’est beau !!! Dans mes oreilles, Scott Matew et sa douloureuse mélopée. Je crois que je fais du boudin !!! Je crois que je suis triste !!! Je repense à hier soir, au dal bath gentiment offert, à l’entêtement de Monoj à l’apprentissage de la langue française, aux éclats de rires causés par les difficultés de la prononciation, à son courage du haut de ses 19 ans, à son envie de réussir malgré la fatalité qui régie sa vie. A son optimisme, à sa joie de vivre…

Il m’appelle grande sœur mais je suis bien petite à côté de lui… Histoire de chance ou de malchance, être née française ou népalais…

L’ambition, le courage, la ténacité ici ne changent rien, juste peut-être à adoucir les bords… On meurt comme on est nait, riche ou pauvre !!!

Embouteillage sur la route, sûrement un accident, peut être un bus renversé avec ou sans morts, les ambulances passent, une… deux… trois… quatre… Peu importe ici, la vie à peu de prix, comme on a pu le constater un peu plus haut à la vue d’un cadavre humain gisant au bord de la route, tel un chien, indifférence des usagers de la route…Ça ne choque que les occidentaux !! L’important, dégager la route et que le trafic reprenne !!! Deux heures plus tard, les coups de klaxons annoncent la reprise, à la plus grande joie des chauffeurs.

Nous longeons la Séti, la traversant dans un sens puis dans un autre, offrant aux riverains l’assurance de belles récoltes, l’assurance d’avoir toujours quelque chose à se mettre sous la dent.

Offrant aux voyageurs, un décor verdoyant et lumineux.

Offrant aux gamins un aqualand naturel.

Offrant aux maîtresses de maison une brandt garantie à vie (enfin… au moins à moyen terme !!).

Le premier que nous repérons, le Machhapuchhare, ses 6997 m et sa pyramide presque parfaite. L’horizon se dégage, vient le Dhaulagiri (8167 m), l’Annapurna I et ses 8091 m, le Manaslu (8162 m), l’Himachuli (7892 m) et tant d’autres plus modestes…

La vue est sublime, grandiose, majestueuse… Merveille de la nature, fruit de la rencontre des plaques tectoniques indo-australienne et eurasienne. Une rencontre, une fusion, un enfant : l’Himalaya.

Sur la route de Pokhara.

05/11/2008 – Pokhara – Népal.

Un petit air de paradis flotte autour de nous depuis nôtre arrivée. Tout est calme, paisible, serein. Bizarrement, nous sommes comme envoûtés par le lieu, ensorcelés, possédés. Nous laissons ce petit vent, cette mystérieuse substance glisser sur nôtre peau, elle nous enrobe et finit par nous envahir.

Comment décrire ce lieu ? Cette alchimie qui se dégage de ce paysage de carte postale ?

Le lac Phewal Tal et ses doonga (canots à rames), les rizières et ses femmes increvables, les épaisses forêts et…  l’Himalaya !

Nous avons trouvé un petit lodge au nord de Lakeside, le coin touristique. L’endroit est plus calme, pas de grosses infrastructures, pas d’agences de trek, pas de voitures. Nous et le lac. Le lodge est caché sur un des versants. Pour le trouver, il faut emprunter un petit muret de terre et le suivre sur une cinquantaine de mètres au milieu des rizières. On rentre par le petit jardin aménagé en terrasses, un jardin d’eden, soigneusement entretenu par Kali et Ama.

Le Banana garden lodge ne ressemble en rien à un hôtel, on s’y sent comme invités, comme à la maison. Il y a juste cinq chambres, sommaires, sans fanfreluche. Kali doit avoir mon âge, elle est radieuse, trop ! Fascinante ! De longues dents de cheval, une voie rayée et compressée par son large sourire, une démarche nonchalante… tel Obelix, elle serait tombée par mégarde dans une marmite de Marie-Jeanne ! Mais quel régal, répondre à ses sourires, se plonger dans ses yeux qui respirent la gaieté, la légèreté et l’innocence. Un diamant à l’état brut !!! Sa mère adoptive est une femme du monde, affrontant la vie à bras le corps. Son charisme m’impressionne !!! Fière, charismatique, dans son sari rouge, elle impose le respect. Elle se fait respecter !!! A chaque mot, a chaque geste, Kali s’exécute, tantôt au nettoyage des chambres, tantôt aux champs munie de sa serpette, esclave de son adoption. Mais c’est ainsi, chacun sa place, chacun son rang !

La Banana guest house à Pokhara, lake side. Népal.

Notre superbe guesthouse à Pokhara, Népal.

 

Notre guesthouse dans les rizières de Pokhara. Népal.

Le lac de Pokhara au Népal.

Pokhara, lake side. Népal.

06/11/2008 – Pokhara – Népal.

Tout a été très vite, la décision est prise !!! On ne peut pas quitter le Népal  ainsi !!! Une force aimantée nous retient !! Le Népal, une porte de frigo, nous, deux magnets !!! On peut glisser, découvrir la porte, découvrir le Népal, de haut en bas, du nord au sud, de gauche à droite, d’ouest en est mais nous ne pouvons pas partir !! Nous courons, enfin, nous glissons aux services de l’immigration. Nous donnons les 120 $ demandés… gloups… et hop, une deuxième vignette, un coup de tampon, un gribouilli de l’officier, nous pouvons rester un mois de plus !!! L’objectif, faire le tour complet des Annapurnas !!! Frôler le Mustang !! Passer le Thorung La à juste 5416 m d’altitude !! Marcher dans les pas d’Herzog et de tant d’autres… 3 semaines, peut être un mois, peut être plus !!! Nous fixons le départ au 13 novembre, le lendemain de l’anniversaire de ma moun’ !!! Le temps de nous équiper un peu plus contre le froid, d’étudier l’itinéraire, de demander un permis de trek, de nous enregistrer auprès de l’ambassade et surtout de nous préparer physiquement et mentalement !! Pour se faire, nous dormons !!!

Coucher de soleil à Pokhara. Népal.

Une soirée à Pokhara lake side.

07/11/2008 – Pokhara – Népal.

Nous prenons nos habitudes, toujours bercés par les flots du lac. Café au réveil sous la pergola, déjeuner à la Cantina, longues discussions avec Krishna le boss, déséquilibrés par nos faibles notions d’anglais. Ballades. Tantôt au bord du lac. Tantôt dans les quartiers commerçants bercés par les Om padme pade um qui s’échappent des échoppes. Puis retour à la maison, le temps d’observer et de se régaler devant la déclinaison du jour qui jette ses nuances sur le lac Phewa. Mais aujourd’hui, nous nous prenons en mains, il y en a marre de rien foutre , de faire les larves, d’être des magnets !!! Il faut qu’on s’entraîne à l’ascension qui nous attend !!!

Terrasse de la banana guesthouse à Pokhara.

Il faut qu’on grimpe !!! Nous cherchons sur la carte, où pouvons nous aller ? Sarangkot ? Ohhhh… c’est haut quand même pour un premier entrainement !!! La Pagode de la Paix ? Trop bas !!!! Nous nous orientons vers un petit point noir sur la carte, Methlang. Allez on va à Methlang !!! Clopes au bec, nous nous engageons sur le petit chemin. Je n’arrive pas à trouver mon souffle, la dernière clope… on aurait pu s’abstenir !!!! Et une, deux…inspiration. Une, deux…inspiration !!! Putain j’en chie sa mère la tepu !!!  Ma tête dégouline, mon cœur palpite, ma gorge s’assèche, mes jambes…ça va à peu près !!! J’essaie de ne pas penser à autre chose qu’au prochain pas, me concentrer sur l’endroit où je vais poser mon pied. Surtout ne pas regarder en haut, ne pas penser !!! Nous croisons plusieurs femmes. Une sangle sur le front, et un imposant fardeau sur leur dos !!!  Cadeau des dieux, une belle récolte de riz !! Comment font-elles ??? Je n’ai rien sur le dos, pas  un sac, rien, et chaque pas est plus dur que le dernier !!! Et elles, elles avancent, tranquillement, prenant le temps de s’arrêter, de nous demander où nous allons, de nous indiquer la route… comme si elles n’avaient rien de lourd sur le dos, regardant les perles de sueurs qui dégoulinent sur nos visages !!! Nous croisons même un papy, il doit bien avoir 90 ans, enfin c’est l’allure qu’il dégage, en réalité il doit peut être en avoir 70, mais on vieillit vite ici !!! Tout courbé, il descend le chemin pentu et exigu, aidé de son bâton qu’il cherche à nous vendre pour une poignée de roupies. Après deux heures de grimpette, nous arrivons à un hameau, nous demandons nôtre route. Ahhhh c’est ici ??? Methlang ??

Methlang !!! Ben c’était pas si dur que ça !!! On nous demande où nous voulons aller. Ben ici c’est bien !!! Visiblement ça surprend tout le monde.  Trois gamines arrivent en courant vers nous, elles nous demandent où on veut aller dans un anglais parfait. Here it’s good !!! Ni une, ni deux, la petite dernière me prend par la main avec un petit sourire tout plein de malice. Nous suivons nos petits guides à travers le village, à travers les rizières. Claquettes aux pieds, elles trottent, des petits zébulons. C’est l’ainée, Sapana, qui prend les chose en mains et ouvre la caravane, suivie de Samjhana la pitchoun, moi, Jérome et Sabina, la seconde, ferme la marche. Je ne sais pas où elles nous amènent, ce qu’est le Rock Hill mais ça grimpe sec !!! J’aime pas trop ça moi, les pierriers, les grosses touffes herbeuses… Il y a toujours de vilains trucs gluants et rampants qui trainent et qu’on n’a surtout pas envie de déranger !! Apparemment, ça ne gène que moi, elles filent droit devant, quittent le sentier, escaladent les blocs qui font obstacle !!! Une dernière petite ascension et… Juste magnifique !!! Nous surplombons toute la vallée de Pokhara !!

Devant nous, l’Himalaya, à droite Pokhara, à gauche le lac et derrière, à deux mètres, la falaise, le vide !!! D’immenses rochers sont hérissés, tels des dolmens, tels les gardiens de la vallée !! Nous restons tous les cinq peut être une heure, peut être deux… On discute, on chante des chansons, on s’échange quelques mots de français, de népalais !! Et d’un coup Samjhana nous dit : Ok, let’s go !!! Benh… Ok, let’s go !!! Elles nous font découvrir tout leur petit paradis, leurs scènes de jeux, leur environnement, ne manquant pas de nous faire goûter tout ce qui se trouve sur nôtre passage, quitte à prendre d’énormes risques en escaladant tel ou tel arbre poussant au bord de la falaise, dans le vide. Elles sont complètement givrées ces petites !!! Mais juste adorables !! Elles nous demandent déjà quand on compte revenir !! Benhhhhh… benhhhhh… benhh… c’est une bonne question !!! Nous laissons la question en suspend, mais on reviendra, c’est sûr !!! Elles nous offrent un paquet de rara, les nouilles déshydratées, que nous mangeons sèches, sans eau !!! Nous leurs offrons un coca. Elles sont chous, elles boivent ce sucre liquide comme si c’était le meilleur de tous les nectars qui existent sur terre. Une fois abreuvés et régalés, il est temps pour nous de rejoindre Pokhara, il est déjà bien tard !!! J’ai du mal à les quitter, je serais bien rester plus longtemps mais… nous devons rejoindre nôtre quartier touristique et elles doivent vaquer à leurs occupations, lessive, traite des buffles, devoirs… c’est ainsi !!!

Une belle journée au Népal.

Une fin d'après-midi à Pokhara.

Une jolie rencontre avec les enfants de Pokhara.

 

Superbe vue sur l'Himalaya.

Magnifique Himalaya !

 

Sur le chemin du retour c’est une belle jeune fille qui nous accoste et nous invite au thé. Elle nous conduit chez elle, une ribambelle de gamins nous bombardent de questions toujours dans un anglais impeccable !!! Tous frères et sœurs ! Un des gosses me demande de le prendre en photo et c’est parti pour le shooting !! Tout le monde y passe, la chèvre, le poulet… quand je demande aux deux sœurs, elles refusent ! Je n’insiste pas pensant que c’est une histoire de respect, pour chercher à se préserver. Elles rentrent dans la maison en piaillant et reviennent le sourire en haut des oreilles. Dans leur mains, du maquillage !!! Je comprends vite que c’est pour moi !!! Elle doivent sûrement trouver que j’ai une triste mine. Oh que oui j’ai une triste mine, je viens de grimper pendant quatre heures, un peu d’indulgence !!!! Allez, c’est parti pour le ravalement de façade !!! Khôl, Eye liner, mascara, tikka, euhhhh…. t’es sûre de ton coup avec le fard à paupières rose fluo….???? Bon, benh si tu veux vraiment… je m’incline !!! Ahhhh… il faut que je me regarde dans la glace… t’es sûre ??? Ahhh c’est bien ce que je pensais, un vrai sapin de noël, je clignote !!! Apparemment c’est à l’heure goût !!! Elles repartent dans la maison excitées comme des puces !!! Au bout d’une dizaine de minutes elles reviennent métamorphosées, pomponnées, maquillées jusqu’au bout des ongles !!! Elles me peignent, m’enfilent des bracelets en manquant de me broyer la main !!! Ça y est, elles se trouvent assez jolies, on peut faire une nouvelle séance shooting !!! J’avais juste rien compris, moi qui pensait qu’elles ne voulaient pas de photos… non, rien, elles se trouvaient juste pas à leur avantage !! Je trouve ça tellement dommage, elles étaient si jolies au naturel !!! Nous posons donc toutes les trois devant l’objectif, dur dur de les faire sourire !!!

Après deux ou trois séances photos, quatre ou cinq parties de badminton et la promesse de laisser les photos à nôtre guest house pour qu’elles puissent venir les chercher Samedi prochain, nous quittons nôtre ribambelle de frangins frangines en se promettant de revenir après le tour des Annapurnas et de passer plus de temps avec eux !!! De retour à Lake side, je me rappelle soudain du rose fluo sur mes paupières… avec mes nouveaux coups de soleil, je ne ressemble vraiment à rien !!! Je m’efforce d’ouvrir grand les yeux pour cacher mes paupières, où je simule un éblouissement en portant ma main au front, je longe les murs, baisse la tête !!! Un grand moment de solitude m’envahit !!!!

Séance photo dans l'Himalaya.

Magnifique vue sur le lac de Pokhara.

Vue sur le lac de Pokhara au Népal.

10/11/2008 – Pokhara – Népal.

Krishna est ce qu’on appelle une perle ! Il a 35 ans et s’occupe de ses deux enfants, qu’il élève seul avec ses deux parents. Sa femme est partie il y a quatre ans sur sa propre décision, pour travailler en Israël, laissant derrière elle une petite de 7 ans et un petit de 1 an. Il le vit comme un abandon !!! J’imagine plutôt une forme de dévouement… qu’on ne peut en aucun cas juger, c’est leur vie, leur histoire. Cela fait dix jours que nous avons établi nôtre QG chez lui, ne se lassant pas de sa carte au milles délices et vraiment pas cher contrairement aux autres restos de Lake Side !!! Nous nous retrouvons ici avec nos compatriotes. Il y a Steeve, suisse et joueur de didjeredou. Il y a Sophie, sa copine, une grande lanceuse de sourires. Il y a Sandro, suisse également, apprentis parapentiste et grand montagnard. Claire sa femme, apprentis masseuse et lanceuse d’éclat de rire !!! Il y a nous bien sûr !!! Et, Krishna !!!! Toujours aux petits soins pour nous !!! Un soir nous disons, elle est chouette cette musique, le lendemain il revient avec des cd gravés pour tout le monde. Un autre soir, Jérôme tousse comme un âne, il lui prépare un grog à la népalaise. Une envie de parmesan, il sillone toute la ville avec l’espoir de trouver ce fromage qu’il ne connait absolument pas !!! Une question dont il ne connait pas la réponse, il appelle tous ses amis pour ne pas nous laisser sans réponse !!! Et tant d’autres attentions, je ne pourrais pas toutes les énumérer !! Aujourd’hui, il a pris un jour de congé, loué deux barques et dégotté deux cannes à pêche pour le plus grand plaisir de Jérôme. Toute la petite bande sur le lac !!! Une belle journée entre amis !!! Mais sans poisson malgré nos incessants lancés de cuillères !!! Nous terminons la soirée à « La Cantina » avec quelques bouteilles de vin rouge d’afrique du sud et de Khukuriki, le rhum local !!! Mélange, mélange… On risque de payer cher demain au réveil la deuxième cuite de nôtre voyage !!! Mais on s’en fout, on est jeune et complètement bourré !!!

Superbe journée sur le lac de Pokhara au Népal.

Compagnons de route au Népal.

Ballade en bateau sur le lac de Pokhara au Népal.

Superbe vue sur le lac de Pokhara au Népal.

Bateaux sur le lac de Pokhara.

11/11/2008. Pokhara. Deux jours avant le grand départ !!!

Nous avons juste la tête dans le cul !!! Et il faut préparer le grand départ, le grand saut dans nôtre nouvelle vie… de sportifs !!! Nous courons partout à la recherche de bonnets, gants, rara, gâteaux secs, savon biodégradable, lingettes, aspirine pour le dopage… Nous négocions tout malgré nos difficultés à mettre nôtre cerveau en position active !!! Qu’avons-nous oublié ??? Qu’est-ce qui est passé à la trappe ??? Quel sera l’objet qui manquera pendant nôtre ascension ??? On refait les listes, une fois, deux fois… ahhhh un tube de crème solaire, voilà ce que nous avions bêtement oublié !!!

En fin d’après midi nous partons dire au revoir à Zic. Zic a 45 ans, sa femme est également partie. Il a vendu sa maison et s’en construit une nouvelle au creux d’une falaise, au pied de la fôret. En attendant, il vit sous une bâche, à côte des quelques mûrs déjà bâtis. Il a tiré des cables électriques, relier un tuyau à la source qui jaillit un peu plus haut !!! Du coup il se retrouve sous sa bâche avec frigo, gazinière, télé, un grand lit deux places et une belle armoire, le grand luxe !!! C’est assez marrant !!! Il vit là avec sa fille Cima. Je l’adore cette gosse, une petite puce de 5 ans !!

Une future star de cinéma bollywoodien, c’est sûr !!!! Surexcitée, elle te pompe toute ton énergie !!! Ne se lassant pas de faire l’avion en gueulant « décollage », ne se lassant pas de bisous, ne se lassant pas de faire le pitre pour mon plus grand bonheur !!! On danse, on chante pendant que Jérôme prend des cours de construction de maison en pierre et terre crue. Elle ne se lasse pas non plus des gros câlins, sûrement le manque de la maman !!! A chaque câlin, je vois ses poux, ses lentes qui pullulent sur sa tête, un vrai champs de bataille !!!! Dommage que je n’ai pas pensé à prendre un peigne fin, elle y serait passée !!! Du coup, après les tiques que j’ai chopées en Mongolie, les sangsues l’autre jour à Methlang, c’est des poux qui vont jouer les passagers clandestins sur ma tête !!! Rien que d’y penser ça me gratte déjà !!!

Ma star népalaise.

12/11/2008. Pokhara. Dernier jour avant la nouvelle vie !!!

Je me lève à 6h, au levé du jour !! Première pensée, Maman !!!!

« Bon Anniversaire !!!!! Ma moun que j’aime du ciel, de la vie et des étoiles autour !!! »

Deuxième pensée, ma tante !!!

« Bon annif tatie !!! »

Troisième pensée, ma filleule !!!

« Bon annif ma filleule préférée !!! »

( ok, je sais tu es la seule mais t’es ma préférée quand même !!!! )

Quatrième pensée :

« Demain, direction les Annapurnas ! »

Cinquième pensée :

« Vite au cyber, nous avons un site internet à mettre à jour ! »

De longues heures dans les cyber-cafés de Pokhara.

Une vache sacrée dans les rues de pokhara.

 

Lire les autres ROAD BOOK Tour d’Asie 2008-2009

À PROPOS : Nous avons eu la chance de réaliser ce fabuleux périple il y a plus de 10 ans. Nous sommes partis mon compagnon et moi durant une année sur les routes asiatiques sans savoir ce que le voyage allait faire de nous. Aujourd’hui, nous savons ! Des Bourgeons sur le Bitume n’aurait certainement pas éclot sans cette intense et déroutante parenthèse. Il était évident pour moi de partager cela avec vous tant cela fait parti de notre ADN.
Je ne fais qu’un copier/coller du blog que j’avais ouvert à cette occasion, sans rien changer même si des fois, je vous l’avoue, je préférerais partager ce périple avec les 10 années de recul que j’ai aujourd’hui mais ce ne serait pas la réalité. Pour le petit scoop, même si nous ne savons pas de quoi la vie est faite, nous prévoyons de remettre le couvert ! Nous sommes partis il y a 10 ans, le jour des 30 ans de Jérôme, nous partirons donc le jour de mes 40 ans ! 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :