Zoom sur les teintures végétales.

Les teintures végétales… Les plantes nous soignent, nous nourrissent, nous parfument, nous permettent de nous habiller et nous permettent également de voir la vie en couleur ! Depuis la nuit des temps, les plantes tinctoriales ont accompagné la vie des hommes en leur offrant un feu d’artifice de couleurs. Zoom sur ce pouvoir des plantes : teindre !

A l’heure où notre environnement se veut plus durable, la teinture végétale offre une alternative incroyable et naturelle à la teinture chimique, 2eme source de pollution de l’industrie chimique.

J’ai découvert la magie des teintures végétales il y a déjà quelques années et je suis pourtant loin d’être une experte tant les possibilités sont grandes.

Je suis déjà très fière de vous présenter une jolie gamme de couleurs sur mes bijoux éthiques et écologiques. Et je ne compte pas m’arrêter là, des nouveautés se préparent !

Teintures végétales par Des Bourgeons sur le Bitume.

 

Alors je ne vais pas vous présenter toutes les plantes tinctoriales et je ne vais pas vous expliquer les procédés précis. Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte des teintures végétales, je vous indiquerai quelques livres en fin d’article. L’idée est d’avantage de vous faire découvrir mon travail.

Pourquoi j’utilise principalement la soie pour ma gamme de bijoux en teintures végétales ?

Les teintures végétales ne peuvent être utilisées que sur des fibres naturelles. Il est important de comprendre que le procédé et le rendu des couleurs sera très différent si l’on utilise une fibre végétale (coton, lin, chanvre, ramie…) ou si l’on utilise une fibre animale (soie et laine). Sur les fibres animales , les couleurs sont plus vives, plus lumineuses et plus profondes. Sur les fibres végétales, les couleurs sont belles et profondes mais également plus douces. J’ai une petite préférence pour les couleurs sur fibres végétales que je trouvent plus natures et plus tendres. Mais les bijoux sont notre petite touche couleur alors je préfère pour cet usage les couleurs chatoyantes que j’obtiens avec de la soie. Si vous souhaitez en savoir plus sur la soie que j’utilise, je vous invite à lire cet article : Zoom sur la soie de Thaïlande.

D’où viennent mes extraits de plantes ?

J’ai la chance de vivre à la campagne. Mon jardin compte quelques plantes tinctoriales : la garance, le pastel, la camomille des teinturiers, les cosmos sulfureux, les coréopsis, un lomatia…Il y avait également un henné que j’ai gardé 3 ans mais il est décédé à mon plus grand regret 🙁

Tous les ans, j’essaie de compléter ma collection. Il y en a qui collectionne les chats en porcelaine, mon kif à moi c’est les plantes tinctoriales ! Si vous cherchez une idée cadeau pour me gâter, offrez moi des graines, je serai comme une petite fille qui vient d’apprendre qu’elle va à Disneyland !

Il suffit de se balader dans les environs pour en cueillir de nouvelles comme l’eucalyptus, le châtaigner, le noyer, les fougères, les baies de sureaux…

Mais où vous n’imaginez certainement pas que je puisse trouver des extraits pour teindre mes textiles c’est dans ma poubelle. Enfin dans les déchets qui auraient fini au bac à compost : pelures d’oignons, café, fanes de carottes, noyaux et pelures d’avocat, feuilles de rhubarbe et d’artichaut… donnent des couleurs fabuleuses et durables !

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Antoine Lavoisier.

Pour le reste, je commande essentiellement auprès du Jardin Conservatoire des Plantes Tinctoriales de Lauris dans le Luberon. J’ai trouvé moins cher ailleurs mais leur jardin est une véritable merveille et leur travail de préservation mérite grandement d’être encouragé. Alors cela sonne comme une évidence, j’achète chez eux !

Les plantes tinctoriales les plus connues et reconnues.

Il y en a trois, elles sont dites de « grand teint », leur tenue est exceptionnelle, en témoigne les nombreuses pièces que comptent nos musées sur des tapisseries et des textiles d’époques. Les Egyptiens les utilisaient déjà beaucoup en teinture végétale !

 

La Garance.

La Garance, ma chouchou, ma fille s’appelle d’ailleurs Garance. Elle donne de belles nuances dans les rouges et les bruns. C’est la racine que l’on utilise et elle était principalement cultivée dans le Vaucluse.

 

Les plantes tinctoriales célèbres.

 

 

La Gaude.

La Gaude, plus connue sous le nom de réséda, donne quant à elle de jolis jaunes acidulés et mélangé à du pastel on aura du vert (sur le nuancier : INDRES 1 & 2 ). Elle était essentiellement cultivée dans le Languedoc Roussillon, aux alentours de Paris, en Normandie, en Picardie et en Champagne.

Les plantes tinctoriales célèbres.

 

 

Le Pastel.

Et enfin, le pastel qui donne le bleu ! Difficile de s’en douter quand on contemple cette plante verte à fleurs jaunes. Elle était essentiellement cultivée entre Toulouse, Albi et Carcassonne. Si vous passez dans le Gers, ne manquez pas de visiter l’atelier/boutique du Bleu de Lectoure, à Lectoure.

Les plantes tinctoriales célèbres.

 

Et comment elles tiennent ces teintures végétales sur des textiles ?

En teinture végétale, il y a deux grandes étapes sauf pour le pastel et les indigos qui ont un procédé complètement différent mais je ferai un article à part pour vous en parler.

Il faut d’abord permettre au textile de fixer la couleur. Pour cela on utilise des sels métalliques, pour la soie, on utilise principalement l’alun et la crème de tartre. On fait donc tremper les textiles dans de l’eau additionnée de ces sels avant de procéder à la teinture. On appelle cela le mordançage.

Après le mordançage vient le bain de teinture. Pour faire très très simple, il y a cependant quelques nuances. On fait bouillir les plantes, fraîches ou sèches, on filtre et voilà ! Reste plus qu’à immerger notre textile préalablement mordancé pour fixer la couleur.

Pour aller plus loin : Offrez-vous un atelier d’initiation aux teintures végétales à Paris.

Atelier Teintures Végétales avec Aurélia Wolff, artisan teinturier chez WHOLE.

3 heures d’atelier.

Découverte des techniques de la teinture végétale.

Et vous repartez avec votre foulard teint avec des plantes.

79€ l’atelier.

Cliquez pour en savoir plus.

Pour aller plus loin, quelques livres sur la teinture végétale.

PLANTES À TEINTER – Éditions Plus de Carotte – Chantal DELPHIN et Eric GITTON

J’adore ce livre, mon chouchou ! Il est très beau avec ses nombreuses photos, ses dessins et ses illustrations d’époque. C’est le livre pour les curieux !

Une première partie capte tout de suite votre attention avec la présentation de la teinture végétale et du métier de teinturier tel qu’il était pratiqué avant l’apparition de l’industrie.
La lecture se poursuit avec la découverte de plus de 40 portraits de plantes tinctoriales, l’occasion de détailler les épopées des grandes, comme le pastel ou l’indigo, et d’accorder une place aux plus discrètes comme l’orcanette ou les plus surprenantes comme le manguier.
Une foule de détails en prise directe avec un passé récent jalonné d’histoires d’hommes et de nos régions.

Et pour passer à la pratique, un livret de 16 pages s’est glissé dedans avec une belle sélection de recettes.

J’Achète !

 

 

Le Monde des teintures naturelles - Dominique Cardon.

LE MONDE DES TEINTURES NATURELLES – Édition Bélin – Dominique Cardon. 

C’est la bible de la teinture végétale ! Un indispensable.

Invitation à un tour du monde des savoirs sur la teinture végétale par les colorants naturels, à travers l’histoire de l’art, l’artisanat traditionnel, les recherches scientifiques interdisciplinaires de pointe et leurs applications industrielles, cet ouvrage offre une synthèse des connaissances sur les matières colorantes présentes dans plus de quatre cents plantes, lichens et champignons et dans une quarantaine d’animaux du monde entier. Un appendice chimique regroupe toutes les structures des colorants naturels étudiés. L’ouvrage est illustré de quelque 600 photos sur les plantes et les animaux tinctoriaux, les textiles et les objets anciens qu’ils colorent, sans oublier les teinturières et teinturiers au travail au fil des siècles.

J’Achète !

 

 

Couleurs Végétales : teintures, pigments et encres.

COULEURS VÉGÉTALES TEINTURES, PIGMENTS ET ENCRES – Éditions Édisud – Michel Garcia

Le livre pour débuter en douceur.

Le lecteur dispose d’un outil d’initiation moderne aux nombreuses possibilités qu’offrent les couleurs végétales aujourd’hui : pas à pas, vous découvrirez le secret des couleurs, des teintures, des peintures et des encres naturelles : comment les fabriquer, comment les utiliser (art textile, peintures décoratives, pochoirs…), sur quels supports (laines, tissus, bois, vannerie, cuir, plâtre…) ?

Michel Garcia répond à toutes ces questions avec force recettes et astuces. Il propose également en fin de livre un atelier de couleurs réservé aux enfants, afin de les sensibiliser à la nature et à une meilleure connaissance des végétaux qui font partie de leur environnement quotidien. Au fil des créations proposées par l’auteur, vous vous familiariserez facilement avec les plantes et les gestes essentiels du fabricant de couleurs n’auront plus de secret pour vous.

J’Achète !

 

 

Teintures naturelles. Plus de 130 recettes de teintures végétales.

TEINTURES NATURELLES Plus de 130 recettes expérimentées et partagées. Éditions EYROLLES – Karin Delaunay-Delfs

Karin Delaunay-Delfs découvre la tapisserie d’art en 1971. Insatisfaite des laines qu’elle trouve dans le commerce, elle se met à teindre elle-même toutes sortes de fibres : laine, soie, coton, lin, chanvre, abaca, raphia… Mais les teintures chimiques la déçoivent également. Elle consulte l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, se familiarise avec les directives de Colbert, se plonge dans d’anciens manuels : la découverte des teintures naturelles est pour elle une révélation. Elle ne cesse depuis d’expérimenter, toujours curieuse de connaître et d’échanger des recettes avec des teinturiers du monde entier. Sa formation initiale de biochimiste lui permet de comprendre, et de faire comprendre, les processus en jeu, de mieux choisir ses plantes tinctoriales, de préparer ses fibres et ses bains, puis de teindre et nuancer ses couleurs… Elle enseigne la tapisserie et la teinture à des élèves de tous horizons, notamment au Conservatoire des Ocres et de la Couleur en Provence, ainsi qu’à Toulouse et Paris. Grâce à sa formation, son exigence et son expérience, à sa passion d’échanger et de transmettre, Karin Delaunay-Delfs offre au lecteur un ouvrage généreux où les amateurs de teintures naturelles pourront puiser pour faire leurs propres expérimentations.

J’Achète !

 

 

Mes bijoux éthiques et écologiques teints avec des plantes.

Si vous avez des questions, envie de me glisser un petit mot, vous pouvez me laisser un commentaire. Vous lire est toujours un vrai petit plaisir ! 

Et si vous souhaitez me donner un petit coup de pouce, n’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux. Vous avez des petits boutons de partage sur cet article et la possibilité d’épingler mes images sur Pinterest 😉

À très bientôt, Céline.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez/Épinglez le sur Pinterest.

 

La teinture végétale par Des Bourgeons sur le Bitume

Comments

  1. Ton article est vraiment super, c’est la première fois que je lis sur le sujet et tu présentes très bien la chose.

    Les photos sont bien choisies et on voit que tu connais ton sujet. Je n’irais pas plus loin xD mais tu m’as conquise avec cet article ! 😉
    Si un jour lointain tu cherches un parteneriat avec une blogueuse de la Réunion *sbaf*

    C’est dommage que je ne puisse pas participer à l’atelier mais ton article est très « campagnard », de mon point de vue c’est une bonne chose et le must c’est qu’en plus tu as ces propres plantes dans ton jardin ! Rip pour ton henné … tu t’en servais pour des « tatouages » ou juste pour la teinture ?

    • Merci pour ton commentaire. Pour le henné, je m’en servais pour la teinture. Pour le côté campagnard, c’est un super compliment, j’adore !

  2. Une article merveilleux comme d’habitude et une découverte pour moi … je ne connaissais pas du tout… Et petit clin d’œil à la couleur garance qui est également le prénom de ma nièce d’amour et que j’adore… magnifique couleur et magnifique prénom…

  3. C’est top ! Moi qui suis en train de me tourner vers un mode de vie de plus en plus végétal ton article tombe à pic ! Je ne connaissais pas ce genre de teintures végétales

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :